Sauvetage et réhabilitation de trois chats à Villepinte

A Villepinte, trois chats ont été secourus récemment dans des conditions difficiles. Ils ont été trouvés affamés et dans un environnement insalubre. Ces félins étaient très craintifs et se montraient apeurés à l’approche des humains. Parmi eux se trouvaient une maman et ses deux chatons : Princesse, la maman, Marley/Praline, la petite, et Oreo, le petit.

Après leur sauvetage, les trois chats ont été placés en famille d’accueil où il a fallu réaliser un travail de socialisation. Au fur et à mesure, les efforts de leur famille d’accueil ont été récompensés.

Cette semaine, Praline a trouvé un nouveau foyer. Ayant reçu ses vaccins et son identification, Praline, rebaptisée Marley, s’est laissé approcher et caresser, retrouvant une confiance envers les humains.

Quant à Oreo, il va bientôt être adopté avec un autre chat nommé Orion. Dès qu’un covoiturage aura été trouvé, Oreo pourra rejoindre sa nouvelle famille d’accueil, tout comme Praline. Oreo est désormais moins craintif et se laisse approcher sans problème.

Malheureusement, Princesse, la maman, est restée trop craintive pour être adoptée. Après avoir été stérilisée, elle sera relâchée en tant que chat libre sur le site où elle a été initialement trappée, une fois sa convalescence de quinze jours terminée.

Ce sauvetage montre le travail des associations et des familles d’accueil qui se battent pour offrir une seconde chance aux animaux en détresse. Praline et Oreo ont pu trouver des foyers aimants, tandis que Princesse continuera de vivre librement, mais protégée des aléas de la reproduction.

 

 

Read more

Parfois, des histoires de sauvetage d’animaux nous réchauffent le cœur…

Dans le Nord de la Seine-et-Marne, près de Roissy-Charles-de-Gaulle, une intervention policière, avec l’équipe de sauvetage de l’association Avenir Animal, a permis de secourir un staffy de deux ans, victime de maltraitance. Cette action a également conduit au sauvetage d’un autre chien, une femelle braque de 4 ans, découverte au moment de l’intervention. Ils n’avaient ni eau ni alimentation, détenus dans des conditions effroyables.

Malgré des signalements répétés, ces chiens ont continué à souffrir jusqu’à l’intervention des autorités et des défenseurs des droits des animaux. Leur sauvetage est un rappel sur l’importance de l’action collective dans la protection de nos compagnons les plus vulnérables.

L’histoire de ces chiens sauvés en Ile-de-France est une lueur d’espoir dans la lutte contre la maltraitance animale. Elle témoigne de notre engagement envers le bien-être animal. En partageant cette histoire, nous rappelons à tous l’importance de protéger nos amis à quatre pattes.

Grâce à l’Association AVENIR ANIMAL, nous œuvrons pour créer un monde où chaque animal est aimé et respecté !

Nous vous tiendrons informés de l’état de santé des animaux, qui nécessitent une attention particulière. De plus, nous vous tiendrons informés de l’évolution de cette affaire sur le plan juridique. En effet, il est important de rappeler les sanctions pénales et les risques encourus. Selon la loi, le fait, d’exercer des sévices graves ou de commettre un acte de cruauté envers un animal domestique ou un animal sauvage apprivoisé ou tenu en captivité, est puni de 3 ans de prison et de 45 000 € d’amende.

 

Ensemble, nous pouvons continuer à agir pour le bien-être de tous les êtres vivants.

Read more

Avenir Animal : Ensemble pour la Protection des Animaux

Avenir Animal est une association dévouée à la protection des animaux à travers la France. Grâce à un réseau de familles d’accueil et des partenariats avec d’autres associations, nous agissons pour améliorer les conditions de vie des animaux.

Notre action se décline à travers diverses initiatives :

  • Signalements d’urgence
  • Campagnes de stérilisation des chats errants
  • Soutien aux propriétaires d’animaux en difficulté
  • Adoption responsable
  • Sensibilisation du public sur les réseaux sociaux
  • Education positive avec l’USMV Club Canin…

Nous sommes fiers d’annoncer que grâce à l’aide généreuse du maire de la ville de Villeparisis, nous avons obtenu :

un local dédié aux convalescences ainsi que le financement de la moitié des stérilisations des chats errants. L’autre moitié pourrait être prise charge par notre deuxième sponsor avec qui nous sommes en pourparlers.

Cette collaboration renforce notre capacité à agir concrètement pour le bien-être des animaux de notre région.

Nous faisons face à des défis, notamment la prolifération des chats errants en France. Nous travaillons sans relâche pour contrôler cette population et réduire la souffrance animale, préserver la biodiversité et améliorer la qualité de vie des communautés locales.

Votre soutien est essentiel pour atteindre nos objectifs communs. Rejoignez-nous pour un avenir meilleur pour tous les animaux.

Read more

L’association AVENIR ANIMAL à l’honneur au forum animal de Gagny le 27/04/2024

L’Association Avenir Animal s’est récemment lancée dans une nouvelle étape passionnante en participant pour la première fois au Forum de l’animal de la Ville de Gagny, le 27 avril 2024 dernier. Cet événement, véritable vitrine de l’amour et du respect envers nos compagnons à quatre pattes, a été une occasion pour notre association de partager notre mission et notre engagement en faveur du bien-être animal.

 
Parmi les moments forts de cette journée, nous avons eu le privilège de rencontrer « Les Anges du Rail », un partenaire précieux dont sa mission est de transporter les animaux secourus à travers toute la France. Leur présence a renforcé notre détermination à travailler main dans la patte pour offrir un meilleur avenir à ceux qui en ont tant besoin.
 
Notre stand a été aussi le fruit de belles rencontres avec de nombreux visiteurs, tous animés par la même passion pour la protection des animaux. Ensemble, nous avons échangé des idées, partagé des histoires émouvantes et sensibilisé à l’importance de soutenir des initiatives telles que la nôtre.
 
Tout au long de ce forum, les animaux étaient au cœur des discussions et des activités proposées, rappelant à chacun la responsabilité que nous avons envers eux.
 
Nous sommes fiers de contribuer à cet élan de sensibilisation et d’actions en faveur des animaux, et nous espérons que notre participation au Forum de Gagny encouragera davantage de personnes à se joindre à notre cause.
 
Nous vous invitons à nous rejoindre dans cette aventure et à faire partie de notre association pour un avenir plus lumineux pour tous les êtres vivants qui partagent notre vie.
 
Read more

La loi du 30 Novembre 2021

Loi du 30 novembre 2021 visant à lutter contre la maltraitance animale et conforter le lien entre les animaux et les hommes

Nouveau certificat pour l’acquisition d’un animal de compagnie, sanctions renforcées en cas de sévices et de zoophilie, fin des delphinariums en 2026 et des animaux sauvages dans les cirques itinérants en 2028… Ce sont quelques unes des mesures de la loi visant à lutter contre la maltraitance animale.

La loi a été promulguée le 30 novembre 2021. Elle a été publiée au Journal officiel du 1er décembre 2021.

La loi comprend plusieurs mesures pour lutter contre la maltraitance des animaux domestiques et des animaux sauvages captifs et améliorer leurs conditions de détention. Elle a été enrichie par les députés et les sénateurs.

Lutter contre les abandons des animaux domestiques

Pour limiter les achats impulsifs et prévenir les abandons, le texte impose aux futurs primo-propriétaires d’un chat ou d’un chien ou d’autres animaux de compagnie de signer un « certificat d’engagement et de connaissance ». Un délai de réflexion de 7 jours est imposé entre la délivrance de ce nouveau certificat et l’achat ou le don de l’animal. Ce dispositif s’inspire de la proposition n° 6 du rapport du député Loïc Dombreval sur « le bien-être des animaux de compagnie et des équidés », remis en juin 2020 au Premier ministre et au ministre de l’agriculture. Sur amendement des sénateurs, le certificat délivré aux futurs maîtres inclura les informations aujourd’hui portées au document d’information sur l’animal.

Toujours pour lutter contre les abandons, les parlementaires ont voté par amendements :

 l’interdiction de la vente des chiens et chats en animalerie à partir de 2024. Des chiens et chats abandonnés pourront être présentés à l’adoption dans les animaleries, en partenariat avec les refuges. Les animaleries ne pourront plus montrer des animaux en vitrine donnant sur la rue ;

 l’interdiction des offres de cession sur internet des animaux de compagnie, avec une dérogation possible sous plusieurs conditions : les sites devront créer une rubrique dédiée, contrôler et labelliser chaque annonce… La vente en ligne est permise pour les éleveurs et les animaleries ;

 l’interdiction de la vente ou du don d’un animal de compagnie aux mineurs, sans accord de leurs parents ;

 l’identification obligatoire de tous les chats et les chiens domestiques (actuellement seuls les chiens nés après le 6 janvier 1999 et les chats nés après le 1er janvier 2012 sont concernés) ;

 un statut pour les associations de protection d’animaux sans refuge et les familles d’accueil d’animaux abandonnés.

Le texte renforce, par ailleurs, la législation sur les nouveaux animaux de compagnie (NAC) et contient des mesures sur les équidés, notamment la création d’un certificat d’engagement et de connaissance pour les détenteurs particuliers, l’interdiction des « manèges à poneys » et une nouvelle procédure de vente forcée pour les chevaux abandonnés chez un professionnel.

Les dispositions sur les fourrières sont revues. Les communes pourront confier cette mission à des associations disposant d’un refuge. L’obligation pour le maire de faire stériliser les chats sauvages sur sa commune, prévue par le texte initial, a été remplacée par une expérimentation sur cinq ans d’une action coordonnée contre la prolifération de chats errants par l’État et les collectivités locales volontaires.

Une sensibilisation concernant les animaux de compagnie est introduite au sein du service national universel (SNU) et dans l’enseignement d’éducation morale et civique à l’école.

Renforcer les sanctions contre la maltraitance des animaux domestiques

Le code pénal punit déjà les sévices graves ou les actes de cruauté envers un animal domestique. Le texte durcit les sanctions qui pourront être aggravées, notamment lorsque les faits sont commis en présence d’un enfant. Sont aussi aggravées les peines en cas d’abandon dans certaines circonstances. Par ailleurs, un amendement transforme en délit le fait de donner volontairement la mort à un animal domestique ou apprivoisé. Des exceptions sont prévues pour les traditions locales (tauromachie notamment).

Un « stage de sensibilisation à la prévention et à la lutte contre la maltraitance animale » pourra être prononcé par le juge comme peine alternative ou complémentaire à une peine de prison.

De nouvelles dispositions viennent mieux réprimer la zoophilie et la zoopornographie sur les animaux domestiques. L’enregistrement et la diffusion sur internet de sévices graves, d’actes de cruauté ou « d’atteintes sexuelles » sur un animal domestique sont notamment visés. Le fait de solliciter ou de proposer la mise à disposition d’un animal dans un but zoophile, sur un site de rencontres par exemple, est pénalisé (un an de prison).

Vers la fin des animaux sauvages dans les cirques itinérants et les delphinariums

Le texte envisage, après accord en commission mixte paritaire, d’interdire d’ici 2028 la détention et le spectacle d’animaux sauvages dans les cirques itinérants (et d’ici 2023 l’acquisition et la reproduction de ces animaux). Des solutions d’accueil devront être proposées pour recueillir les animaux. S’il n’en existe pas, un décret devra permettre aux cirques de les conserver. Une commission nationale consultative pour la faune sauvage captive est créée auprès du ministre chargé de la protection de la nature. Elle pourra être consultée sur les moyens permettant d’améliorer les conditions d’entretien et de présentation au public des animaux sauvages captifs. Les cirques fixes, quant à eux, seront soumis aux règles générales de fonctionnement des zoos.

Les spectacles de dauphins ou d’orques seront interdits à partir de 2026. Il sera mis fin à leurs détention et reproduction en captivité, sauf dans le cadre de programmes de recherches scientifiques ou dans des « refuges ou sanctuaires pour animaux sauvages captifs », dont le statut est précisé.

Les spectacles avec des animaux sont prohibés dans les discothèques ou fêtes privées. À partir de 2023,  il ne pourra plus y avoir d’animaux sauvages dans les émissions de variétés ou de jeux à la télévision. À la même date, l’activité des montreurs d’ours et de loups sera interdite.

850 animaux de cirque, 21 dauphins, 4 orques et 5 montreurs d’ours sont concernés.

Enfin, il est mis fin aux élevages de visons d’Amérique et d’autres espèces sauvages pour leur fourrure.

 

Read more

Témoin d’actes de maltraitances

Le ministère de l’Intérieur a mis en place sur son site internet un formulaire vous permettant de signaler à la gendarmerie ou à la police nationale un acte de violence soudain ou une privation de soins sur la durée dont serait victime un animal.

Infliger de mauvais traitements à un animal domestique ou à un animal sauvage apprivoisé ou tenu en captivité est interdit. Parmi les actes considérés comme de la maltraitance animale :

 le fait de priver un animal de nourriture et d’eau ;

 laisser un animal sans soins en cas de maladie ou de blessure ;

 placer et maintenir un animal dans un habitat ou un environnement pouvant être une cause de souffrances, de blessures ou d’accidents ;

 utiliser, sauf en cas de nécessité absolue, des dispositifs d’attache, de contention, de clôture ou tout mode de détention inadaptés à l’animal ou de nature à provoquer des blessures ou des souffrances.

Pour protéger les animaux victimes de sévices, le ministère de l’Intérieur a mis à disposition sur son site internet un formulaire  vous permettant d’effectuer un signalement confidentiel et anonyme si vous avez assisté à des faits qui constituent une maltraitance animale. Il vous est notamment demandé :

 l’état de l’animal (maigre, malade, blessé ou mort) ;

 si la personne mise en cause est un professionnel ou un particulier ;

 de décrire les faits le plus précisément possible pour guider les enquêteurs dans leurs investigations.

En cas d’urgence ou de faits en cours, il est préférable d’appeler directement le 17.

À noter : toute personne qui inflige volontairement et sans nécessité, publiquement ou non, des mauvais traitements à un animal encourt une amende de 750 €. Le tribunal peut décider, en plus, de confier définitivement l’animal à une association de protection animale.

Les sévices graves et les actes de cruauté sont, pour leur part, punis de 3 ans de prison et de 45 000 € d’amende. La loi du 30 novembre 2021 visant à lutter contre la maltraitance animale et conforter le lien entre les animaux et les hommes a par ailleurs créé des circonstances aggravantes, notamment :

 le fait de commettre ces actes en présence d’un mineur ;

 le fait d’abandonner l’animal dans des conditions présentant un risque de mort immédiat ou imminent ;

 lorsque les sévices graves ou actes de cruauté s’exercent sur un animal détenu par des agents dans l’exercice de missions de service public.

Et aussi

 Comment signaler une maltraitance animale et quelles sont les sanctions ?

Pour en savoir plus

 Les atteintes envers les animaux domestiques enregistrées par la police et la gendarmerie depuis 2016

Ministère chargé de l’intérieur / Direction de l’information légale et administrative (Première ministre)

Read more